Publication

Les couvertures d'assurance alternatives - La solution pour couvrir les Risques climatiques ?.

Depuis la révolution industrielle, les émissions de gaz à effet de serre n’ont cessé de progresser. Une plus forte concentration de ces gaz dans l’atmosphère contribue au réchauffement de la planète et a pour conséquence de modifier les régimes climatiques. La fréquence et l’intensité des évènements météorologiques sont ainsi devenus bien plus volatiles, extrêmes et complexes à anticiper. 

Les conséquences du réchauffement à long terme sont multiples : augmentation de la température moyenne, réchauffement des océans et augmentation des niveaux, fonte des glaces, augmentation significative de certaines catégories de catastrophes naturelles.

Ces évènements majeurs constituent une menace importante pour nombre d’industries, comme l’agriculture et l’agroalimentaire, mais également le secteur de la construction, de l’énergie, du tourisme et bien d’autres. De tels évènements, lorsqu’ils surviennent, peuvent mettre en danger la santé financière d’organisations, voire même l’activité entière d’une région.

La Fédération Française de l’Assurance (FFA) vient d’ailleurs de classer le risque
« Changement climatique » en 3e position parmi les principaux risques en 2018, et devrait le faire passer en seconde position d’ici à 2022, juste derrière le cyber-risque.

Le rapport 2019 du World Economic Forum place le risque climatique au premier rang des risques majeurs les plus probables et au second rang des risques les plus impactants pour les dix prochaines années. Enfin, selon Swiss Re dans son dernier rapport Sigma 2/2019, les pertes des années 2018 et 2017 suite à des catastrophes naturelles représentent 219 milliards de dollars, soit la période consécutive de deux années la plus sinistrée jamais enregistrée.

Les entreprises prennent de plus en plus conscience du potentiel de ces risques climatiques. Alors que les conséquences directes de tels évènements peuvent être bien cernées, les conséquences indirectes le sont beaucoup moins : pertes d’exploitation non consécutives, rupture de la chaine d’approvisionnement ou Supply Chain, frais ou dommages collatéraux divers, etc.

Ces conditions climatiques dégradées, qui devraient perdurer, voire s’accentuer, génèrent des pertes directes et indirectes de plus en plus extrêmes et aléatoires. Cette typologie de risques doit être prise en considération dans le management des entreprises et donc bien entendu dans leur politique de gestion des risques. 

Actualités.