Article de presse

Les assureurs vie sous la pression des taux bas.

Dans un environnement de taux historiquement bas, les assureurs sont contraints de se réinventer au plus vite pour enrayer la chute des rendements de l'assurance vie et maintenir un haut niveau de solvabilité. 

janvier 2020

Les assureurs européens auront-ils les reins suffisamment solides dans un contexte de taux durablement bas ? Cette incertitude vient chahuter le secteur depuis que la baisse des taux s'est accélérée avec le passage en territoire négatif des obligations d'Etat à dix ans, l'été dernier. Dans cet environnement inédit, la rentabilité des activités d'assurance vie est mise à rude épreuve, notamment sur le marché français.
Dans l'Hexagone, les placements en fonds en euros souscrits dans le cadre d'un contrat d'assurance vie, sont très appréciés des particuliers. Ils représentent 1.400 milliards d'euros sur les 1.700 milliards d'euros de l'encours total de l'assurance vie. Le succès du fonds en euros est directement lié à la garantie du capital, aux taux attractifs proposés et à la disponibilité de l'épargne. Mais ces mêmes garanties deviennent un véritable casse-tête pour les assureurs car ces placements sécurisés sont majoritairement investis sur le long terme en dette souveraine, autrement dit dans des emprunts d'Etat, dont le rendement est proche de zéro, voire négatif. Or, en parallèle, le taux moyen servi aux assurés s'élevait à 1,8% l'année dernière. Si les assureurs ont pu...

Découvrir l'article sur le site de La Tribune

Média

La Tribune

Partager

Média

La Tribune

Partager

Actualités.