Article de presse

Catastrophes naturelles : des milliards de pertes et le régime d’indemnisation remis en cause.

Les catastrophes naturelles dans le monde ont généré quelque 40 milliards de dollars de pertes et provoqué 5.000 morts et disparitions sur les six premiers mois de l'année, selon Swiss Re. 

août 2019

Les catastrophes naturelles dans le monde ont généré quelque 40 milliards de dollars de pertes et provoqué 5.000 morts et disparitions sur les six premiers mois de l'année, selon Swiss Re. Avec le changement climatique, les experts s'attendent à une multiplication et à une intensification des événements extrêmes. En France, 10ème pays le plus touché, le régime d'indemnisation des assurés semble inadapté face à ces évolutions.

40 milliards. C'est le montant en dollars des pertes économiques générées par les catastrophes naturelles survenues dans le monde au cours des six premiers mois de l'année 2019, selon une étude préliminaire du réassureur suisse Swiss Re qu'a pu consulter l'AFP.
Seuls 42% du montant total des pertes étaient assurés, précise l'étude. De fait, les catastrophes naturelles de grandes ampleurs survenues sur la période (les cyclones Idai dans le sud de l'Afrique et Fani en Inde) ont touché des zones du monde où le taux de pénétration de l'assurance est faible.
Plus de 5.000 personnes ont péri ou disparu au cours des différentes catastrophes survenues sur la période étudiée. Le cyclone Idai, qui a provoqué des vents violents et de graves inondations au Mozambique, au Malawi, au Zimbabwe et à Madagascar, a été la catastrophe naturelle la plus meurtrière de la période avec plus de 1.000 victimes, souligne Swiss Re.

./.. Dans notre pays, la garantie contre les catastrophes naturelles est incluse systématiquement dans les contrats d'assurance dommages de bien, rappelle le cabinet Optimind dans sa publication Impact du changement climatique sur l'assurance Iard (Incendie, Accidents et Risques Divers). La garantie est couverte par le paiement d'une surprime calculée à partir d'un taux fixé par l'Etat. Il est le même quelque soit le degré d'exposition du bien aux risques : c'est le principe de solidarité nationale.

Découvrir l'artcile sur le site de La Tribune

Média

La Tribune

Partager

Média

La Tribune

Partager

Actualités.