Publication

Volatilités des marchés - janvier 2012.

Quels impacts concrets pour les organismes assureurs ?

Les fondamentaux économiques, fi nanciers et assurantiels qui constituent un référentiel bien ancré dans nos travaux depuis de très longues années doivent désormais être remis en cause. En effet, nous constatons aujourd'hui des tendances nettes qui obligent au questionnement. Par exemple, en épargne, la décollecte de l'assurance vie au mois de novembre 2011 a été historique, environ 3,2 milliards d'euros, sachant que c'est le troisième mois consécutif de décollecte. Outre des raisons démographiques évidentes, l'explication trouve son origine du côté des banques.

Les groupes bancaires doivent aujourd'hui s'interroger sur l'opportunité de repositionner une partie signifi cative de l'épargne assurance vie de leurs clients investie au sein des filiales d'assurance, sur des actifs bancaires susceptibles d'améliorer directement leurs ratios de solvabilité. Plus précisément, ce que l'on constate après 4 années de crise financière dont l'origine remonte à 2007 est un accroissement avéré de la volatilité des marchés.

Les assureurs doivent intégrer dans leur gestion des risques ces nouveaux aspects qui perturbent à bien des égards ce que nous avions coutume de faire et ceci dans tous les domaines liés au risque : au niveau produit avec la tarification, pour les placements avec la gestion ALM, ou encore sur l'axe prudentiel avec l'établissement de nouvelles normes.

Nous proposons dans ce dossier technique d'étudier la relation étroite qui existe entre la volatilité des marchés et l'activité d'assurance. Cette relation qui semble nuire à l'assureur n'est pas forcément, après analyse, une tare : ne nous fi ons pas aux apparences.

Actualités.